Les plus grands écrivains espagnols

Publié par dans Carnet Espagne

Les plus grands écrivains espagnols

La littérature de langue espagnole est d’une grande richesse avec les nombreux pays qui parlent la langue de Cervantès, notamment en Amérique latine, mais je préfère cette fois me concentrer sur les écrivains de la péninsule ibérique. A travers différents écrivains, vous découvrirez les principaux styles littéraires qui ont jalonné les siècles.

Du Moyen-âge au 19e siècle

Au Moyen-âge, la littérature espagnole était fortement marquée par la chrétienté, mais on remarque également d’importantes influences exercées par les Musulmans qui ont dominé durant quelques siècles le sud de la péninsule ibérique. Sous Alphonse X le Sage, on note un grand nombre d’œuvres majeures, dont notamment celles écrites par Don Juan Manuel, le neveu du monarque. On peut par exemple citer « Le Comte Lucanor » qui est un recueil de contes. Durant le Moyen-âge, la péninsule ibérique a également vu naitre Jorge Manrique qui est l’un des plus grands poètes de l’époque. « Coplas por la muerte de su padre » (Stances sur la mort de son père) est l’une de ses meilleures compositions.

Durant le Siècle d’or espagnol, au 17e siècle, on remarque l’influence de la Renaissance sur les œuvres. Parmi les écrivains marquants de l’époque, on peut citer Juan de Valdès. À cette époque, on remarque également l’un des plus importants virages de la littérature espagnole à travers Miguel de Cervantès qui publia Don Quichotte de La Manche. Dans un ton moderne, ce roman satiriquement épique annonce le réalisme dans les écrits du 19e siècle. Au 19e siècle justement, Juan Valera est l’un des plus grands représentants du mouvement réaliste.

La littérature espagnole à partir du 20e siècle

Au 20e siècle, avec l’apparition du Prix Nobel, les plus grands écrivains contemporains de l’Espagne se démarquent en remportant le prestigieux prix. Dès 1904, José de Echegaray, ingénieur civil mathématicien de son état, remporte le Prix Nobel de la littérature. Ce dramaturge de renom a été particulièrement prolifique à la fin du 19e siècle. En 1956, c’est-à-dire deux ans avant sa mort, celui que je considère comme le plus grand poète espagnol, Juan Ramon Jimenez, a également remporté le fameux Prix.

En 1989, Camilo José Cela obtient un prix Nobel pour l’ensemble de son œuvre. La ruche est l’un de ses titres phares, mais je vous conseille également de lire « Office des ténèbres 5 » et « Onze histoires de football » qui sont tout à fait intéressants. Bien que n’ayant pas remporté de Prix Nobel, j’aime également les œuvres de Bernardo Atxaga, un écrivain basque.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *